Notice Biographique NDBA

ah_marcout André HECK naquit le 20 septembre 1946 à Jalhay (Belgique). Après des études secondaires à l'Athénée Royal de Verviers, il entra à l'Université de Liège où il obtint en 1969 une Licence en Sciences Mathématiques (avec une thèse sur le mouvement apsidal et la structure interne des étoiles) et une Agrégation de l'Enseignement Secondaire Supérieur.

Entré à l'Institut d'Astrophysique de Liège comme Aspirant du Fonds National de la Recherche Scientifique dans le groupe de Paul Ledoux, il occupa l'année suivante un poste d'Assistant universitaire dans le groupe de Pol Swings, ce qui lui permit de se perfectionner à la fois en astrophysique théorique et observationnelle. En janvier 1973, il découvrit la première comète de l'Observatoire de Haute Provence. Quelques mois plus tard, ce fut un objet proche du Soleil qu'il détecta lors d'une éclipse totale au Kénya. Il consacra à l'observation d'étoiles variables de nombreuses missions photométriques au Chili.

Mais ces années furent surtout dédiées au développement de méthodologies statistiques modernes appliquées aux données astronomiques avec un séjour en 1971 à l'Observatoire de Paris. Il visita fréquemment cet établissement par la suite, de même que l'Observatoire de Strasbourg où il devint le premier utilisateur scientifique du Centre de Données (CDS), avant même l'existence officielle de celui-ci en 1972. Il redonna également vie à la Société Astronomique de Liège qu'il dota d'un observatoire et dont il assura la présence régionalement et nationalement.

En 1975, Heck obtint son Doctorat avec une thèse principale sur la détermination statistique de distances stellaires et avec une thèse annexe sur les relations entre données photométriques et spectroscopiques. En 1977, il rejoignit l'Agence Spatiale Européenne (ESA) qui mettait sur pied, à Villafranca del Castillo près de Madrid, l'observatoire gérant le satellite International Ultraviolet Explorer en collaboration avec la NASA et le SERC britannique. D'abord responsable des opérations scientifiques, Heck devint Directeur Adjoint de cet observatoire en 1980 et Directeur Faisant Fonction en 1981-1982. Malgré ces activités gestionnaires, il participa à de nombreux programmes scientifiques dont la constitution d'un atlas de spectres stellaires de référence dans l'ultraviolet.

Fin 1982, Heck décida d'accepter une offre de l'Observatoire de Strasbourg où il devint, en avril 1983, Astronome Associé, puis Astronome en poste à partir de 1986. Il dirigea l'Observatoire de 1988 à 1990. En 1985 et à l'unanimité, il reçut de l'Université de Liège le titre d'Agrégé de l'Enseignement Supérieur Universitaire avec une thèse principale faisant le bilan de ses contributions à la statistique multivariée astronomique et avec trois thèses annexes respectivement consacrées à la variable irrégulière V348 Sgr, à la très lente nova RR Tel et à une synthèse des déterminations de distances galactiques réalisées avec l'algorithme qu'il avait développé. Sa leçon académique fut consacrée à la rotation de la galaxie. L'année suivante, Heck décrocha la première Habilitation à Diriger des Recherches accordée par l'Université Louis Pasteur de Strasbourg. En parallèle, et comme exemple de ses intérêts variés (notamment pour tout ce qui touche à la diffusion scientifique), il avait obtenu en 1985 un diplôme en techniques de communication.

Déjà avant son arrivée à Strasbourg et grâce à ses contacts dans le monde spatial, Heck avait oeuvré pour faire reconnaître le CDS comme centre d'excellence mondial, une activité qu'il poursuivit avec un succès total. Il continua ses explorations des méthodologies statistiques avancées, des systèmes à base de connaissance et des techniques d'extraction de l'information. A la fin des années 80, une invalidité partielle le força à réorienter ses activités. Ainsi, fin 1991, il organisa à Strasbourg le premier colloque international sur la publication électronique professionnelle en astronomie dont sont sorties la plupart des réalisations actuelles en la matière. Sa production éditoriale est volumineuse, avec quelque 70 ouvrages comme auteur ou éditeur et plus de 1400 publications dont de nombreuses destinées au grand public -- un retour vers la société qu'il n'a jamais perdu de vue.

L'arrivée des nouveaux médias électroniques permit la mise à disposition universelle des StarPages, un ensemble de répertoires, dictionnaires, bases de données et services en ligne qu'il avait commencé à compiler dès ses années liégeoises et dont la distribution fut assurée par des organismes tels que l'ESA, la NASA, l'ESO et le CDS. Heck produisit récemment un ouvrage collectif sur l'histoire multinationale de l'Observatoire de Strasbourg. Il lança également une série novatrice d'ouvrages consacrés aux aspects organisationnels, stratégiques et sociologiques de la recherche en astronomie et sciences connexes, série à laquelle il contribua lui-même par ses éditoriaux ainsi que par divers articles de synthèse et interviews de personnalités.

[H.W. Duerbeck (Vrije Univ. Brussel) NDBA 45 (2006) 4668-4669]

Références récentes


Notice in English
Honors and Biographical Listings
CV détaillé
© Copyright André HECK, current year.